mardi 11 décembre 2012

La Glande à Luang Prabang

Oui, je pense que c'est le bon mot pour définir nos activités dans cette charmante ville laotienne. Non pas par ennui ou par flemme (bon, peut-être un peu pour cette dernière raison), mais bien parce que Luang Prabang s'est révélée être le lieu de consécration du farniente par excellence.









Troisième ville du pays par sa taille, mais première par sa beauté et sa richesse culturelle (d'après les "on dit" hein), Luang Prabang ressemble surtout à une grande bourgade de campagne, situé sur un site exceptionnel. Elle s'étend sur une langue de terre toute en longueur, au confluent du Mékong et de la rivière Nam Khan, et est entourée de collines verdoyantes et de monts couverts de forêt tropicale. Idéal. Le climat y est clément,  c'est-à-dire supportable en journée, et agréablement frais en soirée. De plus, on y trouve quasiment pas de bâtiment moderne, ou alors dans un style en adéquation avec l'architecture traditionnelle, et aucune maison ou hôtel ne dispose de plus de deux étages. Une ville totalement horizontale donc, et dont la splendeur l'a naturellement conduite à se faire classer au Patrimoine Mondial de l'UNESCO.







Pour toutes ces raisons, de nombreux touristes du monde entier, avides de découvrir le Laos et déçus par Vientiane, la capitale, s'y retrouvent et se laissent happer par la fausse torpeur de la ville, ses terrasses ombragées aux vues imprenables, le sourire de ses travailleurs (qui dépendent pour une grosse majorité de l'activité touristique), et sa vie nocturne endiablée, qui malgré le couvre-feu en vigueur est tolérée, voire clairement favorisée dans certains endroits "branchés". Nous avons rencontrés certains voyageurs qui n'aimaient pas cette affluence étrangère massive, ce que je conçois aisément, mais pour notre part, sûrement car nous en avions besoin, nous nous sommes laissés portés par la fausse effervescence ambiante, et y avons trouvé notre compte. Surtout que s'est déroulé pendant cinq jours cette semaine un festival de cinéma asiatique qui proposait bon nombre de films et de spectacles à travers la ville entière.











Ainsi, après la rituelle découverte de la ville, la visite de certains de ces temples, le visionnage d'expositions  et l'ascension du Mont Phousi _qui domine le centre-ville de sa stupa et offre une splendide vue dégagée sur les édifices proches, le fleuve et les environs_ nous avons loué des vélos afin de sillonner plus en profondeur et faciliter nos déplacements, découvrant au passage petits restaurants, bars sympas et piscines excentrées. Autant vous dire que nous avons littéralement sauté dans ces dernières, jouant des heures avec des gamins ou faisant les cons avec des potes de route. Je sais qu'il est délicat de parler de chaleur et de baignade quand la plupart des lecteurs de ce blog sont en train de se cailler les miches dans le froid et la neige, mais bon, c'est aussi ça, l'intérêt du voyage à l'autre bout du monde... 























Nous avons également eu la chance de rencontrer des gens sympas, notamment des français, et notre groupe s'est peu à peu agrandi jusqu'à former un véritable gang, que les tenanciers de bars sont heureux de voir débarquer, car nous participons activement à la réussite de leur commerce, cela va sans dire. Comme Léo et Félix, deux grenoblois avec qui nous avions fait le trajet en bus depuis Houeixay et qui crèchent dans la même guest-house que nous. Ou Charles, le gai-luron parisien, arrivé dix jours plus tôt et s'étant fait une certaine réputation en allant systématiquement parler à tout le monde, sans exception. Puis Pierre, de Paris également, Anaïs, Laura, et j'en passe... Ou encore Vinnie, "le fantôme de Luang Prabang", énergumène franco-vietnamien que l'on retrouve partout, tout le temps. Nous aurons également sympathisé, le temps d'un verre, d'une soirée, ou en coup de vent, avec bon nombre d'américains, tels Matt et ses potes, David, notre voisin métisse solitaire, ou Mike et Alexander, avec qui nous aurons chanté au Mojo Bar, des argentins, des suédoises, bref, des gens du monde entier... Et ça, ça n'a pas de prix, croyez-moi. Enfin, pour notre plus grand plaisir, nous avons retrouvé Marjolein, la hollandaise rencontrée à Bangkok, puis revue à Chiang Mai, qui malheureusement a fini son voyage, mais avec qui nous aurons passé de délicieux moments, notamment une séance de yoga avec Samia. A tous ces gens, lorsqu'ils liront ces lignes, je leur adresse un énorme "big up" et les embrasse de bon coeur.






 






La suite de notre périple laotien n'est pas encore fixée, étant donné que Vientiane est apparemment une ville sans intérêt, et que toutes les guest-houses de Vang Vieng ont fermées à cause du nombre de touristes qui se flinguaient dans les rochers en faisant du tubing bourré... Mais il est vraisemblable que nous passions quelques jours dans le nord avec le Gang "Bopéniang" (y a pas de problème, en lao), avant de revenir en ces lieux. A bientôt donc!




3 commentaires:

  1. Je note l'effort concernant les photos de palmiers. C'est appréciable :)

    RépondreSupprimer
  2. J'aime les palmiers! J'y peux rien, c'est plus fort que moi...

    RépondreSupprimer